jeudi 22 octobre 2015

Les Thérapies en ligne : "vraies thérapies" ou arnaques?

ARTICLE EN COURS DE CONSTRUCTION...





Les Thérapies en ligne : état de l’art et étonnements


Et si on demandait à notre ami Google de nous renseigner sur les « thérapies en ligne »?

Web thérapie. Premier étonnement : nous sommes « tendance ». 

Nous venons de taper un des mots clé ayant la plus forte progression de recherche l’année dernière concernant le domaine de la psychologie. Chouette ! A noter que l’expression « thérapie en ligne » regroupe tous les moyens de communication qui permettent au thérapeute et au patient de faire séance alors qu’ils ne sont pas physiquement dans la même pièce. Donc soit le téléphone, soit les vidéos-consultations type Skype. Mais pas que vous allez voir…

Car l'excellente série Web Thérapy, jouée par la déjantée Lisa Kudrow (vous savez Phoebe dans Friends), n'est pas si loin de la réalité.

Un prochain article est en construction sur la série Web Therapy et comment elle nous fait nous interroger, avec humour, sur ce qui est en train de se passer concernant les thérapies en ligne.

Deuxième étonnement : nous sommes perdu. 


A y regarder de plus près c’est la foire d’empoigne.
J’avance, je consulte et je note. A un moment donné j’actualise ma page de recherche ; certain d’avoir confondu ladite page avec celle de mon restaurant préféré via mes onglets favoris. Imaginez-vous : je viens de lire : «  possibilité d’être récompensé par des points de fidélité, code d’accès spécial pour les ventes flashs ».
Je recommence et suis stupéfait : il s’agit bien du site d’un psychologue. Je navigue, en eau trouble, dans une mer de signifiant où j’ai alors du mal à distinguer les petits poissons des gros requins.

Je décide de fouiller plus en détail. Le tableau est vaseux.

Le best-of du pire :


  •     Paiement à la minute avec tarif dégressif
  •   Obligation pour consulter de prépayer la séance ou d’acheter des « forfaits » de séances (la      11ème est gratuite comme pour les pizzas)
  • Conversation qui s’interrompt toutes les 10 min pour connaître la somme dépensée : « vous savez moi ma mère elle…Bip vous avez dépenser 30 euros. Allo je disais quoi déjà ? Ah oui ma mère »
  •  « Par téléphone, vidéo ou tchat sms c’est vous qui choisissez ». Avec une mention spéciale pour le tchat SMS car là c’est « résolument confidentiel » nous dit le thérapeute[1].
  • Des garanties satisfait ou remboursé et des labels « engagement qualité ». On a même vu un « made in France » et un écolo-label parce que du coup les patients ne se déplacent plus en voiture pour consulter.
  • Des slogans chocs qui n’ont rien à envier aux géants du markéting : « pour tous les budgets, à tout moment, où que vous soyez ». Dans un monde où c’est la crise et où personne n’a le temps de rien ça semble être la solution. Après tout si ça marche pour vendre des cours de soutien scolaire…
Notre sentiment est que le métier des psychologues est un « service à la personne » d’un genre un peu particulier. Impensable d’avoir de tels slogans accolés au métier de médecin ou d’avocats. Le fait est que le métier de psychologue n’est régit par aucun ordre professionnel. Et que sous le terme de thérapeute se cache des personnes obscures. Il y a bien une « éthique » des psychologues mais celle-ci n’engage à aucune obligation légale.

Troisième étonnement : alors même que les thérapies en ligne ont le vent en poupe, personne ne semble avoir réellement réfléchit à inscrire ces dernières dans un cadre théorico-clinique stable et rigoureux. 


Car poser la question en ces termes : « est-ce que les thérapies en ligne sont de vraies thérapies » c’est bien sous-entendre que quelque chose ne va pas de soi. Ne pas être dans la même pièce que son thérapeute, ne pas pouvoir lui serrer la main, ça compte lorsque l’on parle de « contenance » et de « chaleur » du cadre thérapeutique. Au lieu de cela, la plupart des promoteurs de la psychologie en ligne bote en touche : « ici on reproduit le plus fidèlement possible les conditions réelles d’une consultation en cabinet » peut-on lire à tout va. Comprenez : passez votre chemin il n’y a rien à voir. Et tant pis s’il est 8h00 du matin à Paris alors qu’il est 18h00 en Australie.
« Bonjour » dit le psy.
« Bonsoir » répond le patient.
« Il fait pas très beau ce matin » ajoute le psy.
« 40 degré ça peut aller » enchaine le patient en tee-shirt.
Bienvenue dans l’hyperréalité décrite par Baudrillard. Et quand le réel disparaît, place à la simulation.

J’engage alors un tableau pour mettre de l’ordre dans tout cela.

Les Avantages des thérapies en Ligne
Ah bon vraiment ?
          Elles coûtent moins cher que les thérapies classiques car le thérapeute n’a pas besoin d’avoir un cabinet.
          Le psy est où s’il n’est pas à son cabinet ? Dans la rue, dans son bain ? N’’est-ce pas important de pouvoir visualiser un lieu pour ancrer sa parole ?
          Trader ou chômeur, 60 euros c’est pareil ? Le tarif des séances a pour vocation d’être parlé en thérapie
         Si le thérapeute n’a pas de cabinet comment va t-il faire une fois que le patient sera rentré de sa mission à l’étranger et qu’il voudra poursuivre sa thérapie ?
          Lorsque l’on sait que les thérapies en ligne sont une spécialité à part entière l’on serait au contraire en droit de s’attendre à ce qu’elles soient « plus chères » qu’en cabinet
         Les thérapeutes sont disponibles partout et à n’importe quelle heure
          Nécessaire dans les situations d’urgences psychologiques, le « partout/tout le temps » induit une forme de toute-puissance qui est dommageable pour des raisons cliniques. Si le patient consulte en ligne car il souhaite éviter 20 min de temps de trajet, la question de son implication et de sa motivation dans sa thérapie semble se poser.
         C’est bien au fond le paiement à la minute car ça oblige "à aller à l’essentiel". Ne pas voir le thérapeute, je suis plus concentrée, je ne cherche pas à séduire. C’est plus objectif.
          Nouveau slogan : « taisez-vous plus pour gagnez plus ». Bien difficile dans ce cas de travailler la place des silences et de leurs effets en thérapie. Et zut, moi qui croyais que mon outil de travail – l’analyse du transfert – me plaçait dans la catégorie des professions qui n’allaient pas se faire remplacer par les robots…
         Les dernières études prouvent que les thérapies en ligne marchent aussi bien voir sont plus efficaces que les thérapies en cabinet
-       Cette étude menée par Peter Jones de l’IAPF est citée à la chaîne. A y regarder de plus près, elle ne concerne que des thérapies neuro-cognitivistes avec un problème ciblé à résoudre. Et si ce qui faisait la réussite ou l’échec d’une thérapie ne se limitait pas seulement aux symptômes comportementaux mais impliquait une dynamique de changement plus globale ?
Je me suis fait voler mon sac avec mon ordinateur portable et mon téléphone. Je fais comment pour ma séance ?
          Faites confiance aux pouvoirs thérapeutiques de la maréchaussée. Un dépôt de plainte = une séance gratuite.


Quelles sont les différences entre Thérapies en ligne et thérapies en cabinet


« Les thérapies en ligne c’est comme le téléphone rose. Tu seras soulagé mais jamais vraiment satisfait ».
Une utilisatrice du forum doctissimo

Notre propos se fonde sur une expérience de trois ans de pratique des vidéo-consultation et la conduite d’une trentaine de psychothérapie au long court.
Avant de décider si les thérapies en ligne sont des « vraies thérapies » ou des arnaques, penchons-nous sur ce qui les différencient.

L’exercice est riche car il interroge à nouveaux frais des éléments centraux de la pratique en cabinet ; des éléments sur lesquels peu se questionnent tant ils semblaient acquis.

Les spécificités du cadre des Thérapies en ligne : 

  • Le rapport à l’espace/temps : la question du décalage horaire
  • L’écran : la vision, le regard (oui mais on fait plus attention à certaine chose par exemple l'intonation de la voix, les mimiques du visage etc...)
  • La stabilité de la connexion internet : la présence/absence, référentiel du jeu du fort-da freudien. Peut-on soigner à distance? cf « il faut du corps ». Les thérapies en ligne ne sont-elles efficaces que dans les psychothérapies de soutien,  dans l’immédiateté d'une urgence,  ou peuvent-elles déboucher sur un travail de fond d'explicitation véritable de soi?
  • La place des silences : comment vivre et interpréter les silences par vidéo?
  • La confidentialité : "il y a t-il quelqu'un d'autre que vous dans la pièce? N'êtes vous pas en train d'enregistrer nos conversations? Moi qui consulte depuis la Chine, qu'en est-il du gouvernement chinois et de la liberté d'internet". C'est pour cela que la société eutelmed pour laquelle j'interviens à développer sa propre plateforme sécurisée qui répond au décret sur la télé-médecine.
  • Le contact : quelle présence, quelle contenance par vidéo?
  • Les modalités d'une plateforme internet : par exemple chaque thérapeute sur eutelmed a sa photo sur le site avec un descriptif de son activité. "c'est comme sur les sites de rencontre" me disait un jour une patiente. Question : qu’est-ce qu'un psychologue, qui plus est psychanalyste, doit dire de soi, lui qui croit en la pertinence du principe de neutralité bienveillante et qui se pense comme une surface de projection la plus vierge et malléable possible pour le patient?
  • Le paiement : il ne se fait pas en direct et passe par un tiers (une société ou paypal). De plus pour les patients expatriés, l'intégralité de leur suivi psychologique est parfois pris en compte par leurs assureurs et font parti du package expat "prévention des risques psycho-sociaux".
  • Le patient consulte de chez lui ce qui est encore différent pour que les consultations à domicile pour les personnes malades dans l'incapacité de se déplacer. Quels changements que de consulter seul chez soi ou avec sa famille à côté?
  • L'alternance des séances au cabinet et en ligne : étudier ce qui se dit par vidéo-consultation et ce qui se dit au cabinet. Car souvent les patients reviennent en France d'où l'importance pour le psychologue en ligne d'avoir un cabinet.
  • Parler sa langue maternelle dans une communauté expatriées : le retour à la langue.
  • Etudier ce que les thérapies en ligne modifient dans l'écoute, l'attitude et la pratique du psychologue. 
  • Il y a t-il des contre-indications à la pratique des thérapies en ligne?

Vers l’établissement d’un guide des bonnes pratiques pour les thérapies en ligne. 

  • Quelles sont les conditions pour que les Thérapies en ligne soient efficaces ? Outil de transfert de données, internet peut-il être un outil de transfert tout court?
Insister sur la description de vignettes cliniques.

Notre thèse : Nous nous basons sur nos trois années d'expérience et sur une trentaine de psychothérapie en ligne. Un vrai travail psychique est possible sous certaines conditions et certaines thérapies en ligne sont des arnaques.

Thérapies en ligne et psychanalyse : question de la psychanalyse appliquée; la psychanalyse étant une méthode de traitement qui part de l'étude de l'hystérie et qui dès ses origines a étendu ses champs d'applications (psychanalyse des enfants, des psychotiques, psychodrame)

  • Selon quels critères les thérapies en ligne pourraient-elle être exclu du champ analytique? En terme concret est-ce qu'un analysant qui aurait suivi une psychanalyse personnelle par vidéo peut postuler dans une école analytique? Sinon pourquoi?
  • Selon quelles modalités les thérapies en ligne « ça reste de la psychanalyse » ? Or force est de constater qu'aujourd’hui les thérapies en ligne sont trustées par le courant de la TCC.
Laissons la parole à Jean Laplanche qui dans Problématique V se pose la question : jusqu’où la spécificité du travail analytique peut-il être maintenu?
« […] très vite, va se présenter le problème de « l'analyse hors de l'analyse », hors de la cure : la psychanalyse dite « appliquée ». En quoi, dans la psychanalyse appliquée, existe-t-il encore quelque chose qui peut ressembler à une analyse? Et si dans la psychanalyse appliquée il ne reste plus guère ou plus rien de la situation analytique, quelle est sa légitimité? C'est, là aussi, un débat fondamental, avec des réponses tout à fait différentes. »
    Jean Laplanche, « La psychanalyse en extension » dans Problématiques V Le baque

-       






-        [1] J’en étais à me dire qu’il y avait peut-être un créneau pour la thérapie par pigeon-voyageur mais tous les animaux disponibles s’étaient déjà engagée avec mon collègue zoothérapeute. Après tout, dans le domaine du glauque qui est le patient, qui est le pigeon, c’est plus si évident. Lorsque l’on tape « thérapie par » sur Google, on tombe entre autre sur la thérapie par les arbres ou la thérapie par les anges. Pour la thérapie par les anges, la madame qui a un PHD nous insister, sur fond de musique méditative – du genre maître Gimm's qui s’essayerait au piano à la troisième de Rachmaninov de demander aux anges de rompre nos serments de chasteté contractés dans une vie antérieure et qui entrave notre vie relationnelle présente. Pour la thérapie par les arbres, franchement allez chez Truffaut moi j’y ai rien compris. Juste que ça s’appelle la sylvothérapie. Si vous ne vous appelez ni Sylvie ni Sylvain essayez plutôt la thérapie par les pierres. Enfin si vous vous appelez Pierre. Ou Panoramix.)


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire